Paris a demandé à Washington de ne pas entraîner l’Otan dans une éventuelle opération militaire dans le golfe Persique, a écrit Reuters, se référant à des diplomates au courant des discussions.

Lors d’une rencontre à huis clos avec le ministre adjoint américain chargé de l’Armée de terre, Mark Esper, des fonctionnaires français ont mis en garde les États-Unis contre une implication de l’Otan dans une éventuelle opération militaire dans le golfe Persique, suite à une montée des tensions entre Washington et Téhéran, annonce Reuters citant des diplomates au courant des discussions.

Selon ces sources, Esper a affirmé que les États-Unis ne cherchaient pas un conflit avec l’Iran mais qu’ils ne «toléreraient» pas d’autres incidents, se référant à la destruction par l’Iran d’un drone américain RQ-4A Global Hawk.En effet, les tensions sont montées d’un cran entre Washington et Téhéran après l’élimination par la République islamique de cet appareil se trouvant, selon Téhéran, dans son espace aérien, ce que Washington conteste. Précédemment, les États-Unis avaient imputé à l’Iran l’attaque de deux pétroliers dans le golfe d’Oman, non loin du détroit d’Ormuz.

Le 24 juin, Donald Trump a annoncé avoir signé un décret instaurant de nouvelles sanctions «lourdes» à l’encontre de l’Iran et son guide suprême, Ali Khamenei. Selon lui, ces mesures pourraient rester en vigueur «pendant des années».

En outre, l’US Navy a récemment annoncé que sa 11e unité expéditionnaire, avec à sa tête le navire de guerre amphibie USS Boxer, était arrivée au large des côtes iraniennes, dans le golfe Persique qui, avec la mer Rouge, la mer d’Oman et l’océan Indien, fait partie de la zone de responsabilité de la Cinquième flotte des États-Unis.

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;