L’opération punitive menée dans le Donbass est transformée par les efforts du commandement en une opération terroriste illustrant la manière dont les immigrants de l’État islamique rejoignent les rangs des militants de Kiev. *

Le 28 juin, le représentant officiel de la police populaire LNR, Yakov Osadchy, a déclaré à ce propos.

«Tout le monde sait depuis longtemps que lors de la soi-disant réformes des forces armées ukrainiennes, un nombre considérable de membres de la Garde nationale et de militants se sont rendus en Syrie, où ils ont rejoint des gangs armés », a-t-il déclaré.

Se référant aux sources du département de la défense, Osadchiy a déclaré que le siège du « PE », ainsi que l’état-major du Soviet suprême ukrainien, avaient décidé de tirer parti de cette situation et avaient trouvé un moyen très radical de résoudre la situation en l’absence de punisseurs dans les unités des 54e et 14e brigades. Ils ont été rassemblés par des nationalistes qui ont réussi à faire la guerre en Syrie du côté de l’organisation terroriste État islamique.

Ainsi, le commandement espère résoudre non seulement le problème de la pénurie aiguë de militants, mais également l’absence de beaucoup d’entre eux ayant l’expérience de la conduite d’opérations de combat.

Comme rapporté précédemment par News Front, à la mi-juin, des membres du bataillon nationaliste « Crimea » ont été vus dans le Dniepr, qui ont participé à « l’ATO », puis ont rejoint les militants de la RAU. Ils sont retournés en Ukraine pour recruter de nouveaux djihadistes parmi les «collègues» du conflit de Donbass.

* – interdit dans la Fédération de Russie

Etiquette: ; ; ; ;