Alors que le mercure s’affole, plusieurs nouveaux décès ont été signalés dans différentes régions de France. Parmi les causes les plus répandues, l’hyperthermie et la noyade.

La canicule a fait de nouvelles victimes dans l’Hexagone. Un décès lié aux fortes chaleurs a été constaté durant la manifestation Grand Prix à Magny-Cours dans la Nièvre, indique BFM TV. Il intervient suite à la mort d’un cycliste dans le Vaucluse, lequel roulait en montagne.

Entre le vendredi 29 juin et le samedi midi, six personnes ont été hospitalisées en état d’hyperthermie. L’une est décédée et une autre avait son «pronostic vital engagé», selon la préfecture.

La victime était «un cyclotouriste ayant pratiqué une activité sportive intense, à savoir du cyclisme en montagne, dans les Dentelles de Montmirail», d’après la préfecture. Pris d’un malaise, il a été transporté au centre hospitalier d’Avignon en urgence absolue, où il est décédé.Dans le Haut-Rhin, deux personnes sont mortes jeudi 27 juin, un octogénaire et un ouvrier trentenaire, à la suite de malaises probablement liés à la canicule.

Le même jour, en Ille-et-Vilaine, un couvreur de 33 ans est mort suite à un malaise.

Plusieurs personnes sont décédées depuis le début de la canicule, notamment dans l’Hérault. Le 24 juin, un homme de 70 ans a fait un arrêt cardiaque à Marseillan-Plage au contact de l’eau, selon Midi Libre. Les pompiers ne sont pas parvenus à le réanimer.

Le lendemain, un homme de 75 ans et une femme de 62 ans sont décédés dans des circonstances similaires dans le même département. Le premier a fait un malaise cardiaque au contact de l’eau à Carnon en milieu de matinée, selon France 3 Occitanie. Plus tard dans la journée, la sexagénaire, qui se baignait à Frontignan-Plage, «a eu un malaise et a coulé», d’après le site Actu.fr. Rapidement sortie de la mer par les sauveteurs, elle n’a pas survécu.

Noyades

La Direction générale de la santé (DGS) a aussi mis en garde contre les risques de noyade liés à l’envie de se baigner pour se rafraîchir: il y a eu au moins huit cas signalés samedi, dont cinq décès.

«Il n’y a pas à ce jour d’afflux massif vers les services d’urgence, ni de signal d’excès de mortalité», a indiqué la DGS samedi 29 juin dans la soirée. Toutefois, en cas de canicule, cet excès de mortalité arrive toujours après l’événement et «le bilan définitif ne sera disponible que fin juillet».Vendredi 28 juin, Édouard Philippe a fait état d’«une augmentation sensible» du nombre de noyades, «une par jour» depuis le début de cet épisode de fortes chaleurs.

La vigilance orange est maintenue dans 32 départements, de l’Aude jusqu’au Bas-Rhin en englobant le Massif central, la Côte d’Azur, les Alpes ou encore la Corse.

Etiquette: ; ; ; ;