Le rappeur d’origine algérienne Lacrim a violemment réagi aux déclarations de Nicolas Dupont-Aignan qui s’en était pris aux auteurs de débordements après les victoires de l’Algérie à la Coupe d’Afrique des nations.

L’appel du président de Debout la France, qui a convié les supporters agressifs des Fennecs à «retourner en Algérie» suite aux récents débordements, a provoqué une violente réaction du rappeur d’origine algérienne Lacrim.

Dans une vidéo postée sur le réseau social Snapchat, l’artiste a proféré une avalanche d’insultes contre Nicolas Dupont-Aignan, qui s’était notamment déclaré, sur France 2, «meurtri de voir des Français arracher le drapeau français et brandir le drapeau algérien»:

«Il veut quoi ce fils de p***, Nicolas Dupont-Aignan? Il parle qu’il nous a éduqués, qu’il a reçus, qu’il nous a soignés… Nous, fils de p***, on n’a pas demandé que tu viennes chez nous piller notre pays», a lancé le rappeur, condamné à de multiples reprises.

«Personne ne retient ces jeunes»

Invité de l’émission Les 4 Vérités vendredi 19 juillet, NDA avait proposé à tous ceux qui «préféraient l’Algérie» à la France à y retourner:

«J’ai envie de dire à ces jeunes, qui sont une minorité, je l’espère: « La France vous a accueillis, nourris, éduqués, soignés… Mais si vous préférez l’Algérie, si l’Algérie est mieux que la France, retournez-y!», a-t-il fait valoir.

Selon lui, il y a «beaucoup de gens qui ont la double nationalité et ne cassent pas les Champs-Élysées».

«S’ils aiment tellement l’Algérie, au point de brûler le drapeau français et de saluer le drapeau algérien, mais personne ne retient ces jeunes en France», a déclaré M.Dupont-Aignan.

Débordements à répétition

Depuis le début de la Coupe d’Afrique des nations, les victoires de l’équipe de football d’Algérie ont donné lieu à de nombreux rassemblements de supporters à travers la France. Les scènes de liesse étaient à plusieurs reprises accompagnées de débordements et de heurts avec les forces de l’ordre.

Après la finale de la Coupe, remportée par l’Algérie face au Sénégal (1 – 0), 198 personnes ont été interpellées en France, selon les données du ministère de l’Intérieur.

Etiquette: ; ; ; ;