Le constructeur automobile américain Ford a annoncé vendredi environ 200 licenciements à sa chaîne d’assemblage d’Oakville, dans la province canadienne de l’Ontario, invoquant une baisse des ventes des modèles qui y sont produits.

« Les licenciements débuteront en septembre », a indiqué Kelli Felker, porte-parole de Ford. La chaîne d’assemblage d’Oakville, à l’ouest de Toronto, compte 4.600 employés, selon Ford.

La porte-parole a expliqué que les ventes de la voiture Ford Flex et de la berline Lincoln MKT « ralentissent » et qu’en plus, le 4X4 urbain (SUV) Edge « n’est plus vendu sur certains marchés européens ».

« Nous avons une pratique de longue date consistant à ajuster la production en fonction de la demande des consommateurs », a-t-elle rappelé.

D’autres licenciements pourraient suivre en janvier, a indiqué pour sa part Dave Thomas, président du syndicat représentant les employés d’Oakville, sur la page internet du syndicat Unifor.

Cette annonce constitue un autre coup dur pour l’industrie automobile en Ontario, où les constructeurs Chrysler et General Motors ont annoncé près de 4.000 licenciements depuis l’automne.

Etiquette: ; ;