L’eurodéputée LR Nadine Morano s’est défendue face aux critiques dans une interview au Parisien. Elle rejette les accusations de racisme à l’encontre de Sibeth Ndiaye qu’elle a reçues après avoir publié sur Twitter un message critiquant les tenues de la porte-parole du gouvernement.

Après être devenue la cible d’une vague d’indignation liée à ses publications sur Sibeth Ndiaye, Nadine Morano conteste les accusations de racisme envers la porte-parole du gouvernement.

Dans une interview au Parisien, l’eurodéputée se dit «atterrée» par toute la polémique causée par le message sur Twitter où elle critique le style vestimentaire de Sibeth Ndiaye. Le tweet faisait aussi mention des origines sénégalaises de cette dernière en soulignant qu’elle avait obtenu la nationalité française il y a trois ans.

Morano indique au quotidien, que cette polémique n’est qu’un «lamentable contre-feu» à l’affaire François de Rugy.

«On ne peut plus rien dire. Moi, j’ai les Français avec moi. Ce dimanche matin encore en faisant mes courses, plusieurs personnes sont venues me dire « bravo »», relève la députée européenne.

Expliquant ses mots sur les origines sénégalaises de la porte-parole du gouvernement, Morano assure que «ce n’est pas du racisme, je me fous qu’elle soit sénégalaise, elle a des devoirs comme tout le monde. Je n’en peux plus, les gens sont exaspérés, avec elle c’est de la désinvolture calculée, délibérée. Elle veut faire le buzz».

«Je me rappelle de Nicolas Sarkozy qui tançait ses ministres qui ne portaient pas leur cravate pour une interview à la télé, il disait: On entre dans la salle à manger des Français donc on leur doit le respect […]. C’est comme le fameux jean de Cécile Duflot en conseil des ministres. J’ai été ministre, on doit être respectueux de la fonction», a souligné Morano pour illustrer son propos sur le style vestimentaire de Mme Ndiaye.

Etiquette: ; ; ; ;