L’Union européenne n’est pas encouragée par la perspective que les États-Unis puissent imposer des droits de douane sur les voitures produites en Europe. Par conséquent, Bruxelles est obligée de préparer des mesures de rétorsion.

Cécilia Malmström, commissaire européenne chargée du commerce, a tenu ces propos.

Selon elle, il s’agit de droits de douane réciproques d’un montant de 39 milliards de dollars. Ils vont s’étendre à une large gamme de produits américains, mais Malmstrom n’a pas annoncé de liste spécifique.

Voir aussi : Des dizaines de civils ont été libérés du camp de réfugiés syriens d’Al-Khol

Elle a souligné que Bruxelles souhaitait le moins appliquer de telles mesures, mais n’avait pas l’intention de rester inactif face à la pression économique exercée par Washington.

    « Nous ne tolérerons ni quotas ni restrictions et, dans le cas de l’introduction de redevances, la liste des réponses est prête », a déclaré le commissaire européen.

Pour la première fois, il avait été question l’année dernière de l’introduction éventuelle de droits de douane sur les voitures européennes à Washington. Toutefois, les négociations avec Bruxelles ont ensuite permis de retarder l’adoption de mesures. Ensuite, le président américain Donald Trump s’est concentré sur la guerre commerciale avec la Chine.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois : GUERRE ACTUELLE

Etiquette: ; ; ;