Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a fait monter dans son bureau un nouveau système de climatisation avec télécommande pour une somme pouvant atteindre 10.000 euros, a relaté Le Point.

L’été 2019 étant celui de tous les records de chaleur en France, un système de climatisation est toujours le bienvenu. Mais pas n’importe lequel. Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé que le sien soit remplacé par un nouveau, avec télécommande, a fait savoir Le Point.

Et pour ne pas être dérangé dans son travail, Didier Lallement a voulu que les agents du service des affaires immobilières de la préfecture de police (PP) l’installent en dehors des heures de bureau. Ainsi, ces ouvriers d’État n’étaient plus capables de répondre aux demandes urgentes des commissariats parisiens, comme «par exemple, débloquer une armoire forte où se trouvent les armes de service, réparer une serrure de cellule de garde à vue», a constaté le journal.

Prix estimé

Selon différentes sources au sein de la PP, le prix de la climatisation pourrait atteindre les 10.000 euros. Toutefois, contacté par Le Point, le cabinet du préfet a assuré que les travaux de «rénovation avaient été décidés bien avant son installation». Or, l’entourage du prédécesseur de Didier Lallement, Michel Delpuech, a déclaré que celui-ci n’avait signé aucun engagement de travaux.

«Il n’a entrepris que de menues rénovations pour des équipements collectifs, par exemple des peintures dans une salle de réunion, mais aucun à son profit personnel», a indiqué, selon le journal, un proche de l’ancien préfet, aujourd’hui au Conseil d’État.

Le sujet a d’ailleurs déjà été soulevé dans Les Grandes Gueules sur RMC.

La France vit actuellement une nouvelle vague de chaleur. Ainsi, Météo-France a enregistré jeudi 25 juillet 42,6°C à 16h32, un nouveau record absolu depuis le début des relevés en 1873.

Etiquette: ; ; ;