Premièrement, les autres pays de l’UE doivent exprimer leur volonté d’accepter le sauvetage, a déclaré le vice-Premier ministre Matteo Salvini.

Le ministre italien de l’Intérieur, le vice-Premier ministre Matteo Salvini, a refusé d’embarquer le navire avec 135 migrants à son bord, qui avaient déjà été secourus par les garde-côtes italiens. Comme Salvini l’a dit vendredi 26 juillet, « d’abord, les autres pays de l’UE doivent exprimer leur volonté d’accepter des réfugiés ». La Commission européenne s’occupe maintenant de la question de la répartition des migrants.

Voir aussi : Le ministère vénézuélien des Affaires étrangères a condamné les nouvelles sanctions américaines

Plus tôt dans la journée, environ 140 réfugiés ont accepté Malte et ont été secourus par les forces armées du pays.

Matteo Salvini, qui dirige le parti de la Ligue, un parti populiste de droite, a refusé à plusieurs reprises d’accepter des navires avec des migrants. Il y a environ un mois, les autorités italiennes ont arrêté le capitaine du navire Sea-Watch-3, l’allemande Carola Rackete, qui avait ignoré l’interdiction et avait amené des réfugiés sur l’île italienne de Lampedusa. Rocket a ensuite été relâché et déporté.

Rappel, le 25 juillet, on a appris qu’un navire transportant des migrants avait sombré au large des côtes de la Libye. 150 personnes ont disparu, les corps de 62 morts ont déjà été retrouvés. Cette tragédie à l’ONU a été qualifiée de « pire en Méditerranée » cette année.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois : GUERRE ACTUELLE

Etiquette: ; ;