En Russie a débuté la production du système de défense antiaérienne et antibalistique S-500 Prometeï. Les spécialistes américains supposent que la Chine deviendra le premier client de cette toute nouvelle arme.

La Chine pourrait devenir le premier acheteur du système russe de défense antiaérienne et antibalistique S-500 Prometeï, qui a été mis en production début 2019, rapporte Military Watch.

La revue militaire américaine indique que la Chine acquiert déjà depuis longtemps les dernières inventions russes destinées à l’armée, évoquant la coopération entre Pékin et Moscou.

Selon Military Watch, la Chine a été la première à signer avec la Russie un contrat pour la livraison des systèmes antiaériens russes S-400 Triumph. Ainsi, Pékin reste un client global de Moscou, malgré l’intensification de la production de ses propres armements.

Auparavant, le directeur général de la société Rostec Sergueï Tchemezov avait déclaré que l’entreprise russe Almaz-Antei avait lancé la production en série des nouveaux systèmes de défense antiaérienne S-500 Prometeï, destinés à remplacer à l’avenir les S-400.Le S-500 devrait surpasser le système S-400 Triumph actuellement en service dans l’armée russe. Conçu par le consortium Almaz-Antei, il a une portée de 600 kilomètres et est capable de détecter et de frapper simultanément jusqu’à 10 cibles supersoniques volant à une vitesse maximale de 7 km/s (Mach 20).

Etiquette: ; ; ; ;