Les dirigeants d’Arméniens et du Haut-Karabah ont normalisé leurs relations à la suite d’une récente querelle publique, a assuré vendredi un haut responsable à Erevan.

« Les relations entre Erevan et Stepanakert sont dans un très bon état pour le moment », a souligné Armen Grigorian, secrétaire du Conseil de sécurité arménien. « Il y avait quelques problèmes, mais ces problèmes font maintenant partis du passé. »

Le Premier ministre Nikol Pachinian a accusé en mai « des forces non désignées représentant l’ancien système corrompu » qui auraient l’intention de provoquer une guerre avec l’Azerbaïdjan, perdant « certains territoires » et imputant cette défaite au gouvernement arménien actuel. Il a effectivement montré du doigt le leadership du Karabagh.

Début juin, Pachinian a accusé les autorités de Stepanakert d’avoir répandu de fausses déclarations sur des concessions territoriales significatives à l’Azerbaïdjan prévues par son gouvernement. Bako Sahakian, le président du Karabagh, a rapidement nié cela.

Le secrétaire du conseil national de sécurité de Sahakian, Vitaly Balasanian, a été relevé de ses fonctions quelques jours plus tard. Balasanian s’était publiquement moqué des accords de Pachinian sur le renforcement de la confiance conclus avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliev à la fin de l’année dernière. Les propos ont déclenché une guerre de mots entre Balasanian et l’attaché de presse de Pachinian, Vladimir Karapetian.

Le Premier ministre arménien a également été contrarié par la caution de Sahakian et de son prédécesseur, Arkadi Ghukasian, qui a facilité la libération de prison de Robert Kocharian, ancien président arménien originaire du Karabagh, accusé de coup d’Etat et de corruption. Kocharian a de nouveau été arrêté le 25 juin.

Grigorian, qui a visité Stepanakert la semaine dernière, a refusé de commenter les « problèmes » entre Erevan et Stepanakert. « Les problèmes ont été discutés en public et lors de réunions », a-t-il déclaré à la presse.

Grigorian ne serait pas non plus impliqué dans le complot « traître » allégué par Pachinian. « Les organes de sécurité traitent de cela », dit-il vaguement.

Lien

Etiquette: ; ;