La Chine a testé avec succès la technologie permettant de contrôler avec précision le site d’atterrissage des pièces de fusée en chute, réalisant un progrès vers les véhicules de lancement réutilisables à l’avenir, a annoncé, le 28 juillet, la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC).

Selon la CASC, le test a été effectué dans la foulée du lancement d’une fusée Longue Marche-2C vendredi et s’est focalisé sur les ailettes de grille, qui sont comme des « ailes » sur la partie principale de la fusée, afin d’augmenter la précision dans le contrôle de son site d’atterrissage.

Selon des experts de la CASC, la trajectoire du vol des fusées est conçue pour éviter les zones densément peuplées. Mais après avoir achevé la mission, les débris de fusée chutent sans aucun contrôle, avec un large éventail de points d’atterrissage et pourraient toucher parfois des zones habitées.

Pour assurer la sécurité des personnes et des biens, la pratique actuelle consiste à évacuer les gens vers des zones sécurisées avant chaque mission, ce qui est non seulement gênant pour la population locale, mais augmente également le coût et la difficulté de la mission.

Le succès de ce test revêt une grande importance pour améliorer la sécurité de l’atterrisage des fusées à l’intérieur du pays, minimiser les inconvénients pour la population locale et promouvoir le développement ultérieur de la récupération, de l’atterrissage en douceur et de la réutilisation des fusées porteuses, selon He Wei, un responsable de la CASC.

« Les ailettes de grille pivotantes sont utilisées pour contrôler la direction et l’attitude des débris de la fusée, c’est comme doter les débris d’ailes », a expliqué Cui Zhaoyun, concepteur en chef adjoint de la fusée Longue-Marche-2C. Le contrôle du site d’atterrissage des fusées de grande et moyenne puissance est beaucoup plus difficile que celui des petites fusées, a-t-il ajouté.

Etiquette: ; ;