Les autorités la capitale chinoise ont ordonné aux restaurants halal et aux étals de nourriture d’enlever l’écriture arabe et les symboles associés à l’islam de leurs enseignes dans le cadre d’un effort national croissant pour « siniciser » leur population musulmane, a rapporté Reuters.

Les employés de 11 restaurants et magasins de Pékin vendant des produits halal et visités par Reuters ces derniers jours ont déclaré que les fonctionnaires leur avaient dit de retirer les images associées à l’Islam, telles que le croissant de lune et le mot « halal » écrit en arabe, des panneaux.

« Ils ont dit qu’il s’agissait d’une culture étrangère et qu’il fallait utiliser davantage la culture chinoise » , a déclaré le directeur d’un restaurant.

La campagne contre l’écriture arabe et les images islamiques marque une nouvelle phase d’une campagne qui a pris de l’ampleur depuis 2016 et qui vise à assurer la conformité des religions avec la culture chinoise dominante.

La Chine, qui compte 20 millions de musulmans, garantit officiellement la liberté de religion, mais le gouvernement a fait campagne pour aligner les fidèles sur l’idéologie du Parti communiste.

Il n’y a pas que les musulmans qui font l’objet d’un examen minutieux. Les autorités ont fermé de nombreuses églises chrétiennes clandestines et démoli les croix de certaines églises jugées illégales par le gouvernement.

Mais les musulmans ont fait l’objet d’une attention particulière depuis une émeute en 2009 entre des Ouïgours majoritairement musulmans et des Chinois Han majoritaires dans l’extrême ouest du Xinjiang, région où vit la minorité ouïghoure.

Selon des analystes, le parti communiste au pouvoir craint que des influences étrangères ne rendent les groupes religieux difficiles à contrôler.

Etiquette: ;