Si la mort de Steve Maia Caniço a provoqué dans la majorité des cas l’émotion et le malaise, certains se sont permis de poster des propos moqueurs sur les réseaux sociaux. Parmi ces personnes figure un gendarme, lequel va être convoqué pour s’expliquer.

Deux jours après l’identification du corps de Steve Maia Caniço, l’éducateur de 24 ans tombé dans la Loire dans la nuit du 21 au 22 juin, la gendarmerie nationale a ouvert une enquête administrative après la publication sur les réseaux sociaux de propos moqueurs, rapporte LCI, précisant que l’un des auteurs est gendarme.

C’est le média alternatif Nantes Révoltée qui, mardi 30 juillet, a partagé sur Twitter des captures d’écran de commentaires Facebook se moquant de la mort de Steve.

Sur ces posts, il est possible de voir sous le partage d’un article du Figaro des commentaires comme «Il va bien? Je déconne», «Steve in the water», ainsi qu’un photomontage d’Aquaman affublé de la tête du petit Grégory.

Comme l’indique LCI, après des signalements et des vérifications, un gendarme a été identifié comme l’auteur d’un de ces messages. Il doit être entendu par l’inspection générale de la gendarmerie nationale. Les vérifications concernant d’autres internautes se poursuivent, les commentaires et les comptes Facebook ayant depuis été supprimés.

La maire de Nantes demande des explications 

Le 18 juillet, la maire de Nantes avait demandé des explications au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur l’opération de police intervenue en fin de nuit, lors de la Fête de la musique. Elle avait estimé qu’à cette occasion il avait «été fait un usage de la force qui apparaissait disproportionné» et que «plusieurs personnes» étaient alors «tombées dans le fleuve».

Le 30 juillet, une autopsie a confirmé que le corps retrouvé la veille à proximité du quai Wilson, lieu du concert techno auquel assistait Steve Maia Caniço, était bien celui du jeune homme disparu.

Etiquette: ;