Le vice-Premier ministre Matteo Salvini se retrouve au centre d’un scandale de financement illégal de son parti La Ligue, dont les fonds d’origine, 150.000 euros en espèces, proviendraient cette fois du Maroc. Les faits ont été révélés par le quotidien italien Il Fatto Quotidiano. La partie marocaine aurait entamé une action en justice.

Sur fond d’accusations concernant un présumé financement russe du parti politique italien La Ligue, dirigé par le vice-Premier ministre, la presse italienne révèle une nouvelle affaire qui impliquerait cette fois le Maroc. Matteo Salvini et son proche collaborateur Gianluca Savoini seraient directement impliqués. Une source proche de Mohamed Khabbachi, l’intermédiaire marocain cité par la presse italienne dans cette présumée affaire, a nié les allégations et annoncé une action en justice.

La charge de Il Fatto Quotidiano

Mercredi 31 juillet, le quotidien italien Il Fatto Quotidiano a rapporté, citant des sources anonymes, qu’avant la présumée réunion du Metropol à Moscou, Gianluca Savoini, ancien porte-parole et homme de confiance de Matteo Salvini, a rencontré à Paris Mohamed Khabbachi, ancien directeur général de l’agence officielle de presse marocaine Maghreb Arabe Presse (MAP).

Gianluca Savoini a «reçu un précieux colis des mains de Mohamed Khabbachi, […] émissaire du roi Mohammed VI, pour des activités de lobbying à l’échelle européenne, notamment en Italie», affirme le quotidien italien qui précise que «le paquet contenait la somme de 150.000 euros en espèces». Le média ajoute que «la réunion à l’hôtel Le Méridien [à Paris, ndlr] a été organisée pour définir une liste de sociétés italiennes à signaler pour des futurs contrats au Maroc».

Selon la même source, des émissaires de La Ligue, dont Matteo Salvini et Gianluca Savoini, se sont rendus en octobre 2015 au Maroc pour préparer la réunion de Paris. Au cours de leur voyage, ils ont rencontré Ilyas El Omari, vice-président du Parti authenticité et modernité (PAM), et Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme et du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, précise-t-elle.

La contre-attaque

Dans une déclaration au site d’information marocain Yabiladi, un membre de la famille Mohamed Khabbachi réfute catégoriquement les allégations colportées par le journal italien.«Il y a un débat et des problèmes entre un certain nombre de partis politiques en Italie. Je sais que certains cherchent à faire tomber Salvini en visant son entourage», a-t-il déclaré. «Salvini et Savoini se sont effectivement rendus au Maroc, mais ce n’est pas Mohamed Khabbachi qui les avait fait venir dans le royaume», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, la même source ajoute que «de là à accuser Mohamed Khabbachi de donner de l’argent, ce n’est pas vrai. Jamais il n’a fait cela. Il n’a strictement rien à voir avec cette affaire», s’étonnant «comment la presse italienne a pu rapporter de telles informations».

Le même interlocuteur a annoncé qu’un avocat avait été mandaté par l’ancien directeur général de la MAP. «L’avocat compte d’ailleurs porter plainte dès demain», a-t-il précisé.

Les réactions des concernés

Ni les autorités marocaines ni les responsables italiens mis directement en cause dans ces révélations n’ont encore réagit.Cependant, accusé dans une récente publication de BuzzFeed News d’avoir reçu des fonds de la part de la Russie, Matteo Salvini s’est défendu, niant tout financement russe de son mouvement La Ligue.

M.Salvini a également affirmé en direct sur Facebook qu’il ne ramenait de Moscou que des poupées russes et Macha et l’ours [série d’animation russe, ndlr] pour sa fille, ajoutant que quiconque dit le contraire ment. Le vice-Premier ministre a promis de poursuivre en justice toute personne qui l’accuserait d’avoir tenté de recevoir des fonds de Russie, ajoutant qu’il avait la conscience tranquille.

Etiquette: ; ; ;