Le ciel héraultais était animé jeudi 1 août par une banderole aérienne appelant à arrêter l’usage des lanceurs de balles de défense. Le message a été déployé par un avion entre Valras-Plage et Grau-du-Roi. Une vingtaine de Gilets jaunes ont applaudi l’action, affirme l’AFP.

Le message pointant l’usage des lanceurs de balles de défense a été tiré par un avion le 1 août au-dessus de plages de l’Hérault. «Stop Mutilations par LDB40 et Grenades des Gilets jaunes», pouvaient lire les vacanciers sur la banderole entre Valras-Plage et Grau-du-Roi.

​L’opération a été saluée par une vingtaine de Gilets jaunes présents sur la plage du Petit Travers, qui ont applaudi lors du passage de l’avion.

«Nous demandons l’arrêt de l’usage des LBD», a déclaré à l’AFP Laurent Thines, neurochirurgien à l’hôpital de Besançon, l’un des responsables de cette action.

Le docteur Thines a affirmé n’être ni pro- ni anti-«Gilets jaunes», mais agir en conformité avec «son devoir de médecin», et «apporter son concours à l’action entreprise par les autorités compétentes en vue de la protection de la santé et de l’éducation sanitaire, et doit participer aux actions de vigilance sanitaire», a-t-il précisé.

«La blessure est réelle»

Des personnes mutilées par des tirs de LDB lors des manifestations étaient présentes parmi les Gilets jaunes rassemblés au bord de la mer jeudi 1er août. Un homme appelé Yvan, dont l’œil droit a été touché lors de l’acte 7 à Montpellier le 29 décembre, a affirmé être toujours souffrant après l’accident:

«Aujourd’hui, personne ne nous reconnaît comme victime, à part au sein du mouvement des Gilets jaunes. Or, la blessure est réelle. J’ai des séquelles. Je ne dors plus, j’ai des pertes de mémoires. Aucune cellule psychologique n’existe». «L’important est surtout d’alerter la population», a-t-il ajouté.

Des médailles symboliques glorifiant le courage et la dignité de manifestants ont été remises à certains Gilets jaunes à la plage.

​Selon le ministère de l’Intérieur, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes au mois de novembre 2018, plus de 2.500 manifestants et 1.800 membres des forces de l’ordre ont été blessés, alors que des dizaines de personnes ont été éborgnées par des LBD et cinq manifestants ont perdu une main, est-il indiqué.

Les forces de l’ordre ont utilisé plus de 13.000 fois le LBD dans leurs opérations de maintien de l’ordre, toujours d’après le ministère de l’Intérieur.

Etiquette: ; ; ;