La justice russe a placé en détention provisoire ce vendredi deux premières personnes accusées d’avoir appelé à des «troubles massifs», avant une nouvelle manifestation non autorisée prévue samedi à Moscou à l’appel de l’opposition qui réclame des « élections libres ».

Placés en détention dans l’attente de leurs procès, Ivan Podkopaïev et Kirill Joukov font partie des cinq personnes arrêtées jeudi dans le cadre d’une enquête sur la manifestation de l’opposition du 27 juillet, sévèrement réprimée par la police.

Ivan Podkopaïev et Kirill Joukov sont tous deux avocats, l’un pour l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations, l’autre pour Agora, qui s’occupe de défense des droits humains en Russie. Ils encourent jusqu’à 15 ans de prison. Le Comité d’enquête russe, chargé des grandes affaires criminelles, a affirmé mardi avoir identifié au moins 10 personnes ayant diffusé des «appels à participer» à la manifestation de samedi alors qu’elles savaient «sciemment que ces actions pouvaient mener à des troubles massifs».

Environ 1400 personnes avaient été arrêtées samedi dernier au cours d’une manifestation non autorisée devant la mairie de Moscou.

Etiquette: ;