Les dirigeants américains font tout pour pousser le Venezuela dans un conflit armé.

Cette déclaration a été faite par le Représentant permanent de la République bolivarienne auprès de l’Organisation des Nations Unies, Samuel Moncada, dans le cadre du débat public du Conseil de sécurité de l’organisation sur la protection des enfants pendant la guerre.

Voir aussi : Les États-Unis ont payé « l’intervention russe » en millions de dollars

Moncada a rappelé que le 1er août, le président des États-Unis, Donald Trump, avait ouvertement menacé le Venezuela d’un blocus naval. Dans le même temps, il a souligné que seul le Conseil de sécurité des Nations Unies avait le droit de prendre des mesures de cette nature et ce uniquement en cas de menace réelle.

« Le Venezuela ne veut pas supporter le fardeau du conflit armé que Trump nous impose, nous demandons au Conseil de sécurité de défendre immédiatement le droit international, conformément à la Charte des Nations Unies, afin d’empêcher une catastrophe mondiale », a déclaré le diplomate.

Rappelons que la crise vénézuélienne s’est aggravée au début de cette année, lorsque le protégé américain Juan Guaidó s’est proclamé «président» de la République bolivarienne. Il était soutenu par les États-Unis, obligeant de nombreux autres pays à agir. Néanmoins, la Russie, la Chine, la Biélorussie, la Bolivie, l’Iran, Cuba, le Nicaragua, El Salvador, la Syrie et la Turquie soutiennent le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois : GUERRE ACTUELLE

Etiquette: ; ; ;