Dans le contexte de la fin du Traité sur l’élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, l’Alliance de l’Atlantique Nord a commencé à traiter de manière active l’administration ukrainienne dans le but de placer des armements antimissiles sur le territoire de celle-là.

La déclaration correspondante a été publiée par le service de presse du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

« L’Ukraine intensifie le dialogue avec l’OTAN afin de discuter des moyens de renforcer les capacités de défense de tout son flanc oriental », décrivait la diplomatie dans les sombres perspectives du pays.
Dans le même temps, le communiqué note que Kiev est « déçue » de la situation liée à la fin de l’INF. Dans le même temps, la Russie est tenue pour responsable de la résiliation de l’accord.

« L’Ukraineest déçue de la rupture de l’accord entre les États-Unis et l’URSS sur l’élimination de leurs missiles à moyenne et à courte portée » (traité INF) en raison de la situation créée par la Russie et de la compréhension des actions forcées des États-Unis « , expliquent les diplomates.

En outre, à Kiev il y a des affirmations que la Russie « a développé et a déjà déployé un système de missiles nucléaires à moyenne portée, à la portée duquel certaines capitales européennes sont situées ».

Etiquette: ; ; ;