Le Conseil de l’Europe prend le contrôle diplomatique de l’enquête sur l’attentat du 30 juillet contre les employés d’Ukrinform.

En témoigne le rapport sur l’attaque contre Ukrinform, qui a été publié sur la plateforme du Conseil de l’Europe pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes sous le titre «Harcèlement et intimidation de journalistes».

«Le 30 juillet 2019, une douzaine d’hommes vêtus de T-shirts portant l’inscription «Tradition et ordre» ont fait irruption dans le centre de presse de l’agence de presse Ukrinform à Kyiv lors d’une conférence de presse de candidats aux élections parlementaires. Ils ont endommagé la porte de la salle de presse ainsi que l’équipement et le mobilier. Ils ont poussé et frappé des membres du personnel d’Ukrinform. Ils ont également jeté des œufs et renversé de l’eau sur un candidat indépendant de la ville de Pokrovsk, dans l’est de l’Ukraine, Andriy Aksyonov, l’accusant d’être proche des autorités du Kremlin. L’autre candidat, Serhiy Korchoukov, du parti Solidarité européenne, n’a pas été attaqué. Les deux candidats avaient évoqué une fraude électorale présumée lors des récentes élections législatives. Deux employés du département technique d’Ukrinform et le directeur du centre de presse ont été blessés. L’ensemble de l’événement a été retransmis en direct sur la chaîne Youtube d’Ukrinform. Deux des agresseurs ont été emmenés au poste de police pour interrogatoire. La police de Kyiv a ouvert une enquête criminelle sur cet incident. L’organisation «Tradition et ordre» est classée «nationaliste radicale» par HumanRights Watch. Elle est connue pour ses attaques contre les Roms ukrainiens, les personnes LGBT et les militants des droits humains», peut-on lire dans le communiqué.

Etiquette: ; ; ;