Le gouverneur Ricardo Rossello, poussé à la démission par la rue, a quitté le pouvoir de Porto Rico vendredi comme annoncé. Son successeur, Pedro Pierluisi, doit encore gagner la confiance du Sénat, alors que des doutes subsistent autour de lui.

Le gouverneur de Porto Rico Ricardo Rossello, poussé à la démission par la rue, a quitté son poste vendredi 2 août comme il l’avait annoncé, mais une légère incertitude subsistait autour de son successeur, Pedro Pierluisi. Le Sénat doit encore valider son intérim.

M. Rossello, qui avait annoncé sa démission la semaine précédente après d’importantes manifestations appelant à son départ, avait nommé mercredi 31 juillet le secrétaire d’État Pedro Pierluisi son successeur. Celui-ci est appelé à lui succéder jusqu’à la tenue d’élections locales en novembre 2020

Issu comme lui du PNP (Nouveau parti progressiste), ils furent adversaires lors de la primaire de 2016. Nommé au gouvernement, cet ancien secrétaire d’État du territoire américain avait démissionné le 13 juillet après la fuite de conversations de hauts responsables locaux, dont le gouverneur, comportant notamment des messages homophobes et misogynes.

La Chambre des représentants de Porto Rico a approuvé à temps sa nomination avant le week-end, mais elle doit encore être validée par le Sénat, qui ne votera pas avant la semaine prochaine. « Le peuple portoricain peut être sûr que son gouvernement est entre de bonnes mains », a tout de même déclaré M. Pierluisi lors d’une conférence de presse.

Sur fond d’accusations de corruption et de détournement de fonds, des milliers de Portoricains sont descendus dans la rue pour demander, avec succès, la démission de Ricardo Rossello.

La secrétaire à la Justice de Porto Rico Wanda Vazquez devait dans un premier temps le remplacer temporairement, mais elle a décliné le poste. Bien que l’annonce du départ du gouverneur Rossello ait calmé les manifestants, beaucoup espéraient une refonte totale de son gouvernement.

Etiquette: