Les mesures prises par les États-Unis contre le projet russe Nord Stream 2 ont en réalité l’effet inverse. Cet avis a été exprimé par le politologue, directeur du programme Russie et Eurasie du Carnegie Endowment Eugene Rumer dans son article pour Politico.

Les sanctions, qui ont été approuvées par les sénateurs américains, n’empêcheront pas la construction du gazoduc, mais renforceront la coopération entre la Russie et la Chine, et auront des conséquences néfastes sur les relations entre les États-Unis et l’Allemagne, a averti l’expert.

Selon l’auteur de l’article, les sanctions ne peuvent pas changer Gazprom, ses partenaires européens ou la politique de Moscou. Ils ne pourront pas arrêter la construction du projet, qui est déjà prêt pour les deux tiers. Par conséquent, si les législateurs américains veulent vraiment réduire l’influence de la Russie sur l’Europe, ils doivent soutenir le projet de gazoduc, a souligné le politologue.

Voir aussi : Trump a déclaré qu’il n’y avait pas d’obstacles à l’amélioration des relations avec la Russie

Nord Stream 2 augmente considérablement la dépendance de la Russie à l’égard de l’Europe par rapport à la dépendance de l’Europe à l’égard de la Russie. <…> Nord Stream 2 fonctionnera dans de nombreuses décennies et contraindra la Russie à fournir du gaz à l’Europe à un moment où elle fera face à la concurrence croissante d’autres producteurs et de sources d’énergie renouvelables, qui fourniraient, selon les prévisions, plus de 30% Les besoins énergétiques de l’Europe d’ici à 2030 « , indique l’article.

Le projet Nord Stream 2 comprend la construction de deux gazoducs d’un gazoduc d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, depuis la côte russe jusqu’en Allemagne en passant par la mer Baltique. Son achèvement est prévu pour 2019. Le gazoduc traversera les eaux territoriales ou les zones économiques exclusives de la Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de l’Allemagne. Il ne reste plus à Nord Stream 2 AG à obtenir un permis de construire que du Danemark.

Le projet est soutenu par l’Allemagne et l’Autriche, qui s’intéressent à des approvisionnements en carburant fiables, ainsi que par la Norvège, dont le gouvernement détient 30% des actions de Kvaerner, l’un des entrepreneurs de la construction.

Les États-Unis s’opposent activement au projet, car ils envisagent de fournir leur gaz naturel liquéfié à l’Europe. En outre, l’Ukraine est opposée à la construction, craignant de perdre des revenus provenant du transit du gaz russe, ainsi que de la Lituanie, de la Lettonie et de la Pologne, qui considèrent le projet comme politique. Dans le même temps, Moscou a souligné à plusieurs reprises que Nord Stream 2 est de nature exclusivement économique.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois : GUERRE ACTUELLE

Etiquette: ; ;