Les forces navales iraniennes ont saisi un pétrolier « étranger » dans le Golfe persique, a rapporté l’agence de presse officielle dimanche. C’est le troisième bateau arraisonné en moins d’un mois, qui, selon l’Iran, faisait de la contrebande.

Le corps des Gardiens de la révolution iranienne a saisi un nouveau « navire étranger » dans le Golfe persique, a rapporté dimanche 4 août la télévision publique iranienne. Selon Téhéran, ce tanker transportait du pétrole de contrebande à destination d’États arabes.

L’agence de presse Fars, réputée proche des Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime, n’a pas précisé la nationalité ni du pétrolier ni de l’équipage.

Les sept marins à bord ont été placés en détention, poursuit la chaîne, qui cite un commandant des Gardiens. Le pétrolier transportait « 700 000 litres de carburant de contrebande autour de l’île de Farsi », dans le nord du Golfe, a précisé l’agence, en citant un communiqué des Gardiens.

Le navire-citerne a été transféré vers le port de Bouchehr et « sa cargaison de carburant de contrebande remise au autorités » en coordination avec la justice iranienne, selon la même source. Le pétrolier se dirigeait vers des pays arabes du Golfe, selon le général Ramezan Zirahi, commandant des forces des Gardiens de la Révolution ayant mené la saisie.

Le 14 juillet, l’Iran avait déjà saisi un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz accusé d’infractions au droit maritime. Cette intervention faisait suite à l’arraisonnement par les forces britanniques d’un tanker iranien près de Gibraltar. D’après Londres, l’équipage du navire est accusé de violation des sanctions imposées à la Syrie, en tentant de livrer du pétrole au régime de Damas.

Etiquette: ; ;