Les tentatives de Washington pour détruire l’économie iranienne ont échoué. Au milieu des sanctions imposées par les États-Unis, Téhéran a non seulement continué à faire le commerce du pétrole, mais l’a également étendu.

Cela a été rapporté par le New York Times.

Ainsi, selon des informations, 12 pétroliers iraniens chargés de pétrole iranien se sont dirigés vers la Chine et les pays méditerranéens à partir du début du mois de mai. La moitié d’entre eux ont été déchargés dans les ports de la Chine. Les destinations exactes du reste sont inconnues. Vraisemblablement, ils sont devenus les ports de la Syrie et de la Turquie.

Voir aussi : Les forces de sécurité afghanes arrêtent un chef de l’État islamique

Dans le même temps, la publication note que ce fait démontre l’échec de l’administration Donald Trump dans sa tentative de bloquer les exportations de pétrole iranien. Dans le même temps, Richard Nefu, ancien employé du Département d’État américain, a commenté la situation en conseillant au chef de la Maison-Blanche « de ne pas être éparpillé avec des menaces qu’ils ne sont pas en mesure de mettre en pratique ».

Comme News Front l’a précédemment signalé, la crise des relations américano-iraniennes a commencé avec la décision des États-Unis de se retirer du Plan d’action global commun pour le programme nucléaire iranien. Ensuite, Washington a repris toutes les sanctions contre l’Iran et commencé à en introduire de nouvelles, y compris dans le secteur pétrolier de la république.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois : GUERRE ACTUELLE

Etiquette: ; ; ; ;