Un cliché montrant un homme au sol avec la main d’un policier resserré autour de son cou a déclenché une polémique sur le Net. Si des témoins dénoncent une violence policière sans motif, les forces de l’ordre justifient cette méthode d’interpellation par un jet de bouteille en verre contre l’un des fonctionnaires.

Une photo prise le 3 août à Nantes lors de la manifestation contre les violences policières, après la mort de Steve Maia Caniço, et représentant un policier qui semble étrangler un homme immobilisé au sol, a été postée dimanche sur Facebook par la photographe Bsaz.

Contacté par CheckNews, le Service d’information et de communication de la police (Sicop) a expliqué la scène en affirmant que l’homme avait tenté de frapper le policier à plusieurs reprises au niveau du visage:

«Cet homme a été interpellé car, quelques minutes avant, ce que l’on ne voit pas sur la vidéo, il avait jeté une bouteille en verre contre un policier. Lors de son interpellation, l’homme ne s’est pas laissé faire, et a tenté de frapper le policier à plusieurs reprises au niveau du visage [ce qu’on ne voit pas distinctement sur les images]».

Le Sicop a confirmé que l’homme avait dû être pris en charge après cette violente interpellation, invoquant l’effet des lacrymogènes.

«Il est revenu au commissariat à minuit, il a reconnu le jet de projectile. Sa garde à vue a été levée et l’enquête se poursuit en préliminaire».

Commentant la violence de l’interpellation, le Sicop a expliqué que «le collègue a fait comme il a pu». «L’objectif, c’était d’essayer de le maintenir, le temps de le menotter.»

Etiquette: ; ;