La Corée du Nord qui a mis plusieurs fois en garde Séoul contre la tenue d’exercices militaires prévus en août avec Washington, a tiré le 6 août deux projectiles non identifiés au large de sa côte ouest, depuis la province de Hwanghae, dans le sud du pays.

Pyongyang a menacé le 6 août de réaliser davantage de tests d’armes après avoir tiré de nouveaux projectiles, le quatrième essai du genre en 12 jours, en condamnant le début, au Sud, d’exercices militaires entre Séoul et Washington.

L’état-major interarmées sud-coréen affirme que le Nord a tiré dans la province de Hwanghae du Sud, sur sa côte ouest, «deux projectiles soupçonnés d’être des missiles balistiques de courte portée», dans un communiqué, cité par l’AFP.Ce regain d’activités militaires sur la péninsule semble hypothéquer un peu plus le processus diplomatique amorcé en 2018, Pyongyang affirmant mardi que ces manœuvres étaient une «violation flagrante» des efforts de paix et reflétaient un manque de «volonté politique» des deux pays d’améliorer les relations.

Précédents tirs de missiles 

Le 31 juillet, la Corée du Nord a testé deux missiles. Après avoir parcouru 250 kilomètres, ils ont terminé leur course dans la mer du Japon.

Avant cela, deux tests de missiles avaient eu lieu le 25 juillet. Dans ce contexte, le Conseil de sécurité sud-coréen a tenu une réunion d’urgence au cours de laquelle il a exprimé sa «forte préoccupation», précisant qu’il s’agissait de missiles balistiques.

L’administration de la présidence a en outre précisé que ces tests avaient un «impact négatif sur les efforts visant à établir la paix sur la péninsule de Corée».

Etiquette: ; ; ;