Un représentant officiel d’Erevan a réagi à la condamnation par l’Azerbaïdjan de la déclaration faite par le Premier ministre arménien Nikol Pachinian lors d’un rassemblement à Stepanakert le 5 août, selon laquelle « l’Artsakh est l’Arménie ».

Dans une déclaration publiée mardi soir, le ministère arménien des Affaires étrangères a reproché à ses homologues azerbaïdjanais de « ne pas être en mesure de respecter les normes de la diplomatie » et d’avoir lancé « des attaques personnalisées ». Il a ensuite ajouté que les autorités de Bakou avaient mal compris « le contexte et le contenu » du discours de Pachinian concernant « la promotion d’un programme pan-arménien d’unité, de solidarité, de développement et de prospérité de l’Arménie, de l’Artsakh et de la diaspora. « Le ministère arménien des Affaires étrangères a également accusé l’Azerbaïdjan de haine ethnique à l’égard des Arméniens et a pointé du doigt le fait que les autorités de Bakou « assument la responsabilité immédiate de la création de dangers pour la sécurité et l’existence de la population du Haut-Karabagh ». »La République d’Arménie reste la seule garante de la sécurité du peuple de l’Artsakh, de la liberté et du maintien de ses droits fondamentaux inaliénables, y compris le droit au développement et à l’autodétermination », a souligné le ministère arménien, réaffirmant en même temps la position de l’Arménie selon laquelle le conflit du Haut-Karabagh doit être réglé pacifiquement, avec les autorités de l’Artsakh autour de la table.

Dans sa condamnation de la phrase de Pachinian (« l’Artsakh, c’est l’Arménie »), le ministère des Affaires étrangères d’Azerbaïdjan a lancé le 6 août qu’il s’agissait d’un « coup sérieux » contre le processus de négociation mené avec la médiation du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

« L’Azerbaïdjan ne tolérera jamais l’occupation de ses territoires et poursuivra ses efforts en vue de leur libération et du retour des personnes déplacées de force sur cette terre qui nous a été saisie », a menacé le ministre, cité par la presse azerbaïdjanaise.

Etiquette: ;