L’aéroport de Hong Kong a connu ce mardi une deuxième journée de chaos avec la suspension ou l’annulation de centaines de vols du fait des manifestations pro-démocratie.

Le gouvernement local les accuse de précipiter la ville sur une voie « sans retour ». Les échauffourées ont débuté dans la soirée.

Un groupe de policiers anti-émeutes a fait usage de gaz poivre pour repousser des manifestants, à l’extérieur de l’aéroport de Hong Kong ce mardi 13 août dans la soirée, alors qu’il essayait d’escorter un homme évacué par ambulance.

Un fourgon transportant une vingtaine de policiers s’est retrouvé bloqué par quelques centaines de manifestants radicaux alors qu’il suivait l’ambulance, a rapporté un journaliste de l’AFP sur place. Les policiers sont alors sortis de leur fourgon pour dégager la voie, pulvérisant du gaz poivre et arrêtant au moins deux personnes, a-t-il précisé.

Au cinquième jour d’une mobilisation sans précédent à l’aéroport, les contestataires ont obstrué les allées et les passages conduisant aux zones d’embarquement des deux terminaux. En réaction, les autorités aéroportuaires ont pris la décision d’annuler les procédures d’enregistrement pour tous les vols prévus à partir du milieu de l’après-midi.

Etiquette: ; ;