L’ancien ministre britannique des Finances et député Philip Hammond a déclaré à la BBC que la Chambre des communes serait en mesure d’empêcher un Brexit sans accord si ce scénario venait à se concrétiser.

L’ancien ministre britannique des Finances Philip Hammond estime que la Chambre des communes (chambre basse dont les 650 députés sont élus au suffrage universel direct) sera en mesure d’empêcher un Brexit sans accord si le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson tente d’imposer un divorce désordonné avec l’Union européenne.

Pour l’ancien chancelier de l’Échiquier, la demande d’un abandon de la clause de sauvegarde (backstop) fait partie d’une stratégie du pire menée par certains conseillers entourant Johnson afin de rendre un no deal « inévitable ». Hammond ne cite pas les noms des conseillers auxquels il fait référence.

« Placer la barre des négociations trop haut afin que nous sortions inévitablement sans accord serait une trahison », a déclaré Hammond sur la radio de la BBC. Il a imputé cette « stratégie de destruction » à ceux qui « tirent les ficelles » dans l’entourage de Boris Johnson au gouvernement.

Le représentant conservateur a rappelé que toute tentative de contourner la Chambre des communes déboucherait sur une crise constitutionnelle.

« Il (Johnson) doit écouter le parlement et le parlement est clairement opposé à une sortie sans accord », a-t-il affirmé. « Je suis confiant dans le fait que le parlement dispose des moyens d’exprimer cette position ».

Etiquette: ; ;