Plusieurs centaines de Pakistanais ont manifesté jeudi sur le parvis des droits de l’homme du Trocadéro à Paris contre l’Inde qui a révoqué l’autonomie constitutionnelle de la partie du Cachemire qu’elle contrôle, a constaté une journaliste de l’AFP.

«Inde tu ne réussiras jamais à tuer notre rêve d’un Cachemire libre», pouvait-on lire sur une pancarte portée par un manifestant. D’autres arboraient des drapeaux pakistanais, ou de la partie du Cachemire sous contrôle pakistanais. «On est contre l’Inde, un État terroriste qui fait un génocide au Cachemire», a déclaré à l’AFP Imran Choudry, ruban noir au bras car «l’indépendance de l’Inde est une journée noire pour le Cachemire». L’Inde célébrait jeudi les 72 ans de son indépendance. Derrière lui plusieurs jeunes hommes criaient «India terrorist» et, en ourdou (langue officielle au Pakistan), «Modi (le Premier ministre indien) est un boucher».

Le Cachemire, région himalayenne en majorité peuplée de musulmans, aussi revendiquée par le Pakistan, est depuis le 4 août totalement coupé du monde. Un black-out sur les communications et de fortes restrictions à la circulation ont été imposés par les autorités indiennes avant l’annonce de la révocation de l’article 370 de la Constitution qui conférait un statut spécial à la zone qu’elles contrôlent, suscitant la colère du Pakistan.

«Depuis une semaine, la famille de ma belle-sœur qui est originaire du Cachemire n’arrive pas à rentrer en contact avec les membres de la famille encore là-bas. D’un point de vue émotionnel c’est terrible pour eux», a confié à l’AFP un étudiant franco-pakistanais, Malik Saad.

Etiquette: ; ; ;