Après que les autorités de Gibraltar ont annoncé le 15 août la levée de l’ordre d’immobilisation du Grace 1, le ministre américain de la Justice a émis un mandat pour saisir ce pétrolier, l’accusant dans un communiqué de venir en aide aux Gardiens de la Révolution islamique.

Un tribunal américain a émis vendredi 16 août un mandat de saisie visant le pétrolier iranien Grace 1, lequel avait été arraisonné le 4 juillet au large de Gibraltar par les forces britanniques.

Dans un communiqué, la procureure du district de Columbia, Jessie Liu, a déclaré que la décision avait été prise suite à une plainte de l’administration des États-Unis.Le 15 août, quelques heures avant la décision de la Cour de Gibraltar, le ministère américain de la Justice avait demandé à saisir le Grace 1. L’annonce avait été faite par l’avocat Joseph Triay, représentant le ministère public devant la Cour suprême du territoire britannique. Dans un communiqué, le département d’État américain a déclaré que les États-Unis avaient déterminé que le pétrolier iranien venait en aide aux Gardiens de la Révolution islamique.

Gibraltar relâche le pétrolier

Le pétrolier iranien Grace 1 a été libéré le 15 août par les autorités de Gibraltar. Le chef de l’exécutif Fabian Picardo a annoncé que le navire pourrait partir dès que la logistique nécessaire serait organisée.

Selon le porte-parole de la diplomatie iranienne, Téhéran n’a pas donné de garanties concernant le fait que le pétrolier Grace 1 ne se dirigerait pas vers la Syrie. Pourtant, le gouvernement de l’île a indiqué avoir reçu la promesse écrite de l’Iran que ce pays n’y enverrait pas ses barils.

Etiquette: ; ;