L’encre de l’accord historique, qui ouvre la voie à un transfert du pouvoir aux civils au Soudan, avait à peine séché que la liesse s’est emparée des rues de Khartoum, samedi 17 août.

Aussitôt signée, la déclaration constitutionnelle, définissant les 39 mois de transition à venir, a été accueillie par des applaudissements nourris dans la capitale soudanaise.

Conclu à la faveur d’une médiation de l’Éthiopie et de l’Union africaine, cet accord a été accueilli avec soulagement des deux côtés. Les manifestants célèbrent la victoire de leur « révolution », tandis que les généraux, eux, s’attribuent le mérite d’avoir évité une guerre civile.

Etiquette: