Accusées de «mise en danger» et «manquement à l’obligation d’éducation d’un mineur», les familles Prokazov et Khomskikh, ayant participé à des manifestations «pour la transparence de l’élection» à la Douma de Moscou avec leurs enfants, ne seront pas déchues de leur autorité parentale.

Le tribunal moscovite Nikoulinski a refusé d’examiner l’action en justice du procureur concernant la déchéance de l’autorité parentale d’Elena et Piotr Khomskikh. L’autre tribunal de Moscou, celui de Lefortovski, a fait de même à l’égard de Dimitri et Olga Prokazov. Les deux familles ont été accusées d’avoir fait participer leurs enfants aux manifestations «pour la transparence de l’élection» à la Douma de Moscou cet été.

«Le tribunal a rejeté à satisfaire la demande du procureur», a raconté aux journalistes l’avocate de la famille Khomskikh, Tatiana Soustina.

Néanmoins, le tribunal a émis un avertissement aux parents leur demandant de changer leur attitude à l’égard de leurs enfants.Quant à la famille Prokazov, la situation est similaire.

«La juge a totalement refusé d’examiner l’action en justice. Un avertissement a été également émis à la famille Prokazov», a indiqué leur avocat Maxime Pashkov.

Ouverture d’une procédure

Auparavant, le Comité d’enquête avait ouvert une procédure pénale en vertu des articles 125 sur la mise en danger et 156 sur le manquement à l’obligation d’éducation d’un mineur du code pénal de la Fédération de Russie à l’encontre de deux jeunes couples qui ont pris part volontairement ou malgré eux aux manifestations massives «pour la transparence de l’élection» à la Douma de Moscou cet été.

Les faits reprochés aux couples ont fait beaucoup de bruit et ont été largement relayés via les réseaux sociaux, où les étapes de l’instruction sont décrites par les parents, leurs avocats et les témoins.

Etiquette: ; ; ;