Les élections législatives tenues dans deux États fédéraux allemands (la Saxe et le Brandebourg) ont provoqué une réaction quelque peu étrange à la fois en RFA et dans le monde occidental dans son ensemble: d’une part des exclamations nerveuses et alarmistes et, d’autre part, un soupir franchement allégé et même de la joie.

En principe, les résultats des votes s’inscrivent dans la tendance stable des dernières années.

«Alternative for Germany» a considérablement amélioré les résultats, se classant deuxième dans les deux régions. En Saxe, il a presque triplé sa position (il avait gagné 9,7% aux dernières élections, 27 lors des élections actuelles) et presque doublé dans le Brandebourg (il était de 12, il est devenu 23,7%).

À leur tour, les partis au pouvoir ont continué à perdre de la popularité. En Saxe, la CDU a obtenu un score de 32,1% (moins 7,3) et, dans le Brandebourg, le SPD est tombé à 26,2 (moins 5,7).

La réponse à la question «Pourquoi les autorités et le reste de la classe politique devraient-elles se réjouir?» Est très simple: ils craignaient que tout ne soit encore pire.

Les sondages d’opinion effectués ces dernières semaines ont révélé les chances sérieuses d’Alternatius de gagner. Bien sûr, même si le parti avait remporté la première place, cela n’aurait pas aidé à rester à la tête des terres respectives. En tout état de cause, l’AdG n’aurait pas reçu le nombre de voix nécessaire à la formation indépendante de gouvernements, et d’autres partis ont catégoriquement rejeté la possibilité d’une coalition avec des « populistes d’extrême droite » même avant les élections.

En général, la position dominante de la CDU et du SPD n’était pas en danger.

Une autre chose est que la victoire de l’AdG deviendrait un précédent très désagréable, symbolisant l’aggravation de la crise de tout le système de partis politiques allemand et son passage à un nouveau niveau. Les dirigeants restants étaient donc un véritable cadeau pour la CDU et le SPD et apportaient à leurs dirigeants un soulagement incroyable, malgré la nécessité de former des gouvernements de coalition.

En ce qui concerne les opinions et les prévisions troublantes sur l’offensive permanente des radicaux populistes contre la démocratie occidentale, le récit est peut-être encore plus intéressant. Il est clair que la Russie est à blâmer pour tout, mais les analystes occidentaux parlent maintenant activement d’un phénomène qui va bien au-delà des «mains du Kremlin» et qui s’est énervé. Au contraire, il est révélé que l’influence de Moscou est beaucoup plus profonde qu’on ne le pensait auparavant.

Après les élections, les principaux médias occidentaux (CNN, le New York Times, le Wall Street Journal, Le Monde, etc.) ont attiré l’attention sur le fossé qui sépare l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est.

Après l’unification du pays en 1990, les partisans de la politique et de l’économie ont depuis longtemps attiré l’attention des experts entre la RDA et la RFA.

Les plus pénibles à ce jour, bien sûr, sont les problèmes socio-économiques. Dans l’est, les indicateurs les plus significatifs, notamment le niveau de revenu de la population, le chômage et le développement régional, sont nettement pires. Une discrimination informelle à l’encontre de personnes de l’ancienne RDA est également signalée. En Saxe, les deux tiers des électeurs se disent « citoyens de deuxième classe ».

Néanmoins, ces dernières années, l’Occident s’est davantage concentré sur le lissage progressif des problèmes. Angela Merkel est devenue l’exemple le plus clair du fait qu’un ancien citoyen de la RDA peut atteindre n’importe quel sommet dans une Allemagne unie et que le pays est devenu un modèle pour surmonter les contradictions et intégrer des parties précédemment dispersées dans un seul et même ensemble.

Cependant, les mantras et les complots n’ont pas aidé. Ils se sont de nouveau souvenus de la scission, et maintenant aussi de l’aspect politique.

En Allemagne de l’Est, la popularité de l’ADH est nettement plus élevée que dans l’ouest du pays. Le succès actuel du parti dans les deux États fédéraux qui faisaient partie de la RDA l’a encore une fois confirmé. En outre, les experts soulignent que l’alternative est encore plus radicale. Ses partisans ne sont pas gênés par leurs opinions et les affichent même activement dans des discours «anti-immigrés» (cités dans un article du New York Times).

Dans le même temps, nombreux sont ceux qui reconnaissent que la politique de migration de Merkel est également insatisfaite dans l’ouest du pays, ils en parlent moins, et le facteur «indécent» d’AdG affecte le niveau de soutien des partis. Dans un tel contexte, la population des pays de l’Est n’a pas peur et n’hésite pas à exprimer ouvertement ses propres points de vue. Les experts sont donc dans une impasse: que faire avec une communauté qui ne veut pas respecter les règles du politiquement correct?

Bien sûr, les Allemands, même ceux de l’Est, ne sont pas russes et il ne peut y avoir de discussion sérieuse sur leur nature servile, autoritaire et xénophobe dans les médias occidentaux. Tout est limité par l’affirmation exacte que la population de l’ex-RDA est très différente de ses concitoyens ouest-allemands et par l’inquiétude suscitée par les conséquences pour l’ensemble du système politique allemand.

Près de 30 ans après la liquidation de la RDA, son héritage redevient un facteur important pour la politique et l’État allemands. C’est probablement ce à quoi ressemble le proverbe allemand à propos du «coup de fusil dans le passé», qui revient avec un coup de canon.

Irina Alksnis, RIA

Etiquette: ;