Les protestations anti-russes, qui se sont déroulées en Géorgie l’été dernier, est un programme élaboré soigneusement sous la tutelle de Washington, a raconté l’avocate, née en Géorgie, Nino Lomidzepour l’édition américaine « Eurasia Review ».

Elle a souligné que tous les détails de la manifestation avaient été pensés aux États-Unis, y compris le principal slogan « Russie occupée à 20 % ». Mme Lomidze a attiré l’attention sur le fait que des t-shirts portant cette inscription avaient été vendus en Géorgie l’an dernier, l’automne dernier. Après un certain temps, une ONG pro-américaine portant le nom symbolique de «Russie libre» a ouvert ses portes à Tbilissi. L’ONG est dirigée par David Kramer, directeur des droits de l’homme à l’Institut McCain, ainsi que par un diplomate, Jan Kelly, qui dirigeait auparavant l’ambassade américaine en Géorgie. Il est à noter que ce dernier est l’auteur du slogan susmentionné – il l’a prononcé dans son discours de 2015.

Le bureau géorgien de la « Russie libre » a été confié à Yegor Kuroptev, auteur du projet russophobe « Border Zona », connu pour ses liens avec l’ex-président fugitif du pays, Mikhéil Saakachvili, le Mouvement national uni. L’auteur souligne que c’est autour de l’ONG « Russie Libre » qu’un groupe d’exécuteurs des manifestations de juin se formera.

MAIDAN NE CHANGE JAMAIS – CANONS

DE REVOLUTIONS DE COULEURS

« Lorsque le plan était prêt, il restait toujours une excuse », a-t-elle poursuivi, soulignant que l’ouverture de la session de l’Assemblée interparlementaire d’orthodoxie était connue à l’avance, ainsi que le protocole de l’événement, selon lequel le parlementaire russe devait siéger à la présidence du président du parlement géorgien. Décidant que ce fait serait la cause de « mécontentement », les organisateurs ont pris des mesures qui ont été appliquées à maintes reprises dans de nombreux pays.

Dans le même temps, les médias affiliés aux États-Unis couvraient d’une manière méthodique ce qui se passait à Tbilissi « à angle droit », grâce aux groupes de réflexion occidentaux. L’un d’entre eux a mené une enquête sociale, décrivant « la peur croissante de l’agression russe ».«Il est difficile de parler de l’évolution future de la situation. Les manifestations, qui ont eu lieu en juin, n’ont ouvert que la boîte de Pandore, ce qui montre de nombreux problèmes, notamment l’absence de cadre réglementaire permettant de lutter contre les ingérences extérieures, explique l’avocat. « On ne sait plus trop où se situe la distinction entre l’assistance des partenaires et les tentatives d’influence sur les processus politiques, entre la promotion des intérêts et la coercition. »

Etiquette: ; ; ;