Les États-Unis ont l’intention de tester un missile à moyenne portée interdit par le traité FNI avant la fin de l’année.

Les États-Unis projettent de déployer de nouveaux missiles (Precision Strike Missile, PrSM), auparavant interdits par le Traité sur l’élimination des missiles hypersoniques à portée intermédiaire et à courte portée (Traité FNI) au début des années 2020. C’est ce qu’a déclaré le secrétaire par intérim de l’armée américaine, Ryan McCarthy.
 
Selon lui, les missiles PrSM, s’ils sont reprogrammés, pourront aller au-delà du traité FNI dans leur portée. Il a également noté que cela s’appliquait également aux missiles hypersoniques à ogive balistique.
 
« Tout cela peut être fait dans un avenir très proche. Tout cela est en cours de développement. Nous prévoyons de déployer des missiles hypersoniques et de haute précision au début des années 2020 », a déclaré McCarthy.

Voir aussi : Un coup d’état armé attend l’Ukraine : L’Allemagne prédit le résultat de la guerre au Donbass

Pour sa part, le secrétaire général adjoint américain à la Défense, chargé de la dissuasion nucléaire et des missiles, Robert Sufer, a déclaré que l’armée avait l’intention de tester un missile balistique au sol à moyenne portée, précédemment interdit par le traité FNI d’ici la fin de l’année. Dans le même temps, il a refusé de préciser quelle fusée était en cause.

Rappelons que les États-Unis ont officiellement quitté l’accord sur les missiles à moyenne et à courte portée (traité FNI) début août, accusant Moscou de violer le traité et de développer un type de missile interdit. Après cela, les États-Unis ont testé le premier missile terrestre d’une portée de plus de 500 km.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ;