La chancelière allemande Angela Merkel est arrivée vendredi à Pékin, donnant le coup d’envoi d’une visite de trois jours en Chine. Cette mission économique se concentrera sur le commerce, malgré le contexte des manifestations antigouvernementales à Hong Kong.

 

La visite a commencé par un couac lors de la conférence de presse d’ouverture: dans un premier temps, seuls les journalistes membres de la délégation allemande y ont été acceptés. Les correspondants sur place, allemands ou étrangers, ont été refoulés par les autorités chinoises, qui ont invoqué la capacité de la salle.

des récriminations, quatre correspondants allemands ont finalement été admis, en laissant d’autres sur la touche, notamment la presse internationale. La Chine pourrait avoir pris cette décision pour éviter des questions dérangeantes sur Hong Kong, spéculait-on au sein de la délégation. Un signe de la détérioration des conditions de travail de la presse dans le pays communiste. Cette fausse note n’a pas empêché Mme Merkel de recevoir les honneurs militaires du Premier ministre chinois Li Keqiang pendant la cérémonie au palais de l’Assemblée du Peuple, un bâtiment officiel prestigieux. Les deux dignitaires se sont assis pour observer le protocole, après qu’Angela Merkel a subi différentes crises de tremblement pendant des événements similaires depuis le début de l’année. La chancelière, qui dirige une large délégation économique, doit participer plus tard dans la journée aux pourparlers du comité consultatif économique germano-chinois, une plateforme qui rassemble chefs d’entreprise et responsables politiques. Elle rencontrera le président Xi Jinping pour le dîner, avant de poursuivre samedi vers la ville de Wuhan, où des rencontres avec des entreprises et des étudiants de l’université de Huazhong sont prévues.

Ce voyage intervient à un moment difficile pour les relations entre l’Allemagne et la Chine. Pékin accuse Berlin de protectionnisme pour avoir placé sous surveillance les technologies de la plus grande économie asiatique. Juste avant de s’envoler pour Pékin, des représentants de la protestation à Hong Kong ont appelé Mme Merkel à les rencontrer pendant sa visite. Le mouvement citoyen continue à faire les gros titres et à mettre le gouvernement chinois sous pression. Le porte-parole de la chancelière a néanmoins indiqué qu’elle ne prévoyait pas de rencontrer les protestataires. Le gouvernement allemand a appelé les manifestants à chercher le dialogue avec Pékin et à trouver une solution non-violente au conflit.

Etiquette: ; ; ;