Téhéran a informé le chef de la diplomatie européenne du début de la troisième phase de réduction des obligations de Téhéran en vertu du JCPOA.

L’Iran a fait un autre pas en avant le vendredi 6 septembre pour réduire ses obligations au titre du Plan d’action global commun (JCPO), conclu avec les six médiateurs internationaux (cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne) en juillet 2015. Cela a été annoncé par le représentant du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, dont les propos ont été cités par l’agence IRNA.
 
Selon Mousavi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a adressé une lettre à la Haute Représentante de l’UE pour la politique étrangère et la sécurité, Federica Mogherini, dans laquelle elle notifiait le début de la troisième phase de réduction des obligations de Téhéran en vertu du JCPOA.
 
« Le message indique qu’à partir de ce jour, l’Iran suspend l’application de toutes les obligations du JCPOA relatives à la recherche et au développement dans le domaine nucléaire », a expliqué Mousavi.

Voir aussi : Washington affirme que l’armée américaine et la Russie maintiennent des canaux de communication constants

Téhéran explique cette étape par sa réaction aux conséquences du retrait des États-Unis de l’accord nucléaire, au rétablissement des sanctions contre Téhéran, ainsi qu’à l’incapacité des pays européens, y compris la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, de remplir leurs obligations.
 
Dans le même temps, l’Iran est prêt à négocier avec les autres membres de l’accord, a souligné le ministère iranien des Affaires étrangères.
 
Un peu plus tôt, Javad Zarif avait parlé de la nécessité pour les parties européennes à l’accord de faire des concessions à Téhéran. Il s’agissait en particulier de la possibilité d’accorder à l’Iran un prêt européen en tant que pays touché par des sanctions.
 
En juillet, l’Iran a commencé à enrichir de l’uranium au-delà du niveau convenu dans le cadre du JCPOA et l’a expliqué aux besoins de son secteur énergétique.
 
Le plan d’action global commun signé par l’Iran, ainsi que par les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, prévoit que Téhéran prend un certain nombre de mesures pour limiter son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions précédemment imposées par les États-Unis et l’Union européenne.
 
Après que les États-Unis se soient retirés unilatéralement de l’accord en mai 2018, Téhéran a refusé de remplir une partie de ses obligations en vertu du JCPOA. Washington a réagi en renforçant les mesures restrictives à l’encontre de Téhéran et en envoyant des navires de guerre et des bombardiers dans la région du Moyen-Orient.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ; ;