Pour devenir maître des données, vous pouvez soit favoriser leurs échanges entre utilisateurs comme pour les réseaux sociaux, soit les capter via leurs requêtes sur les moteurs de recherche. C’est ce rôle stratégique du célèbre et tout-puissant Google qu’aborde le deuxième opus de notre série sur les GAFAM et leurs alternatives.

Geste le plus évident pour tout individu de ce début du XXIe siècle en quête d’informations, qu’elle soient personnelles, pédagogiques ou professionnelles: lancer une requête dans le cartouche d’un moteur de recherche.

Le moteur de recherche en tant qu’application logicielle puise dans sa (ou ses) base(s) de données pour y extraire, de façon brute ou interprétée, le résultat d’une requête. Et le plus généralement, avec un ordre de suggestions agencé selon plusieurs modalités (date de mise en ligne, popularité, format, source, langue, etc.). Les serveurs hébergeant les bases de données ont ainsi remplacé les antiques étagères empoussiérées d’ouvrages imprimés, forçant les bibliothèques à devenir des médiathèques encombrées de terminaux informatiques.

Le champion toute catégorie dans le monde se nomme Google. Un début d’antonomase est d’ailleurs perceptible sur certains forums et lieux d’échange numériques où le terme de «googler» correspond à cette opération de recherche. À juste titre, puisque si l’on en croit NetMarketShare, sur ces douze derniers mois, la firme de Mountain View aurait monopolisé 75% de ce marché, ne laissant que des miettes à ses concurrents… si tant est que l’on puisse encore évoquer une quelconque concurrence à ce stade de domination.Créé en septembre 1998 par Larry Page et Sergey Brin, Google est un inventif algorithme permettant de se passer de la fastidieuse recherche sur annuaire électronique (Yahoo à ses débuts) et ayant su produire des résultats plus convaincants que ses compétiteurs du moment (Lycos, AltaVista…).

Le présent article de notre série consacrée aux GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) et aux moyens de sortir de leur emprise n’évoquera que les moteurs de recherche généralistes, et non les moteurs de recherche intégrés de prestataires de services en ligne comme Amazon ou Netflix, lesquels permettent de parcourir un catalogue mis à jour en temps réel.

Une certaine naïveté de la part d’une majorité d’utilisateurs les conduit à oublier le fait que les données envoyées au moteur de recherche sont le carburant de celui-ci. Focalisez-vous bien sur ce point: on utilise un moteur de recherche pour rechercher et bien évidemment, il faut l’alimenter en mots-clefs pour lui permettre de fournir un retour satisfaisant. Cependant, ses instructions sont doubles: la partie émergée est celle qui renvoie la réponse à une requête: la partie immergée est celle qui va aspirer les métadonnées (des informations connexes à la requête initiale). Et c’est là le jeu trouble des moteurs de recherche, qui fournissent leur service sans frais: la gratuité est illusoire. Autrement dit, «si c’est gratuit, c’est toi le produit»: Vos centres d’intérêt, votre localisation, votre profil sont des éléments exploitables commercialement et monnayables auprès de sociétés tierces. Sans oublier la participation active des propriétaires de moteurs de recherche à des programmes de surveillance de la population, facilitée par l’excès de confiance des internautes.

Si Google demeure à ce jour le maître incontesté, l’alternative américaine Bing de Microsoft et chinoise Baidu, de la société éponyme, réussissent à lui arracher quelques 20% de cette emprise. Le premier grâce à la puissance financière de la société de Redmond et son intégration dans l’écosystème Windows, le second comme outil central d’un portail multiservice destiné à la communauté sinophone.

Cependant, d’autres options existent pour ceux qui n’entendent pas être monétisés à leur insu. Honneur au premier d’entre eux en termes de pénétration des foyers Internet: DuckDuckGo. Septième moteur de recherche le plus utilisé dans le monde, toujours selon NetMarketShare, il a su convaincre un nombre croissant d’internautes en offrant une approche minimaliste, une efficacité satisfaisante sur les recherches et surtout une absence de conservation des données. L’organisation se propose même de renforcer cette confidentialité en installant un module complémentaire sur le navigateur Firefox renforçant le chiffrement de votre connexion.

Dans le genre malin, Startpage propose quant à lui un service captant les données de Google, moyennant redevance est-il précisé, afin de l’épurer de toutes les tentatives de traçage lors des requêtes effectuées. Très simple à utiliser, facilement configurable, c’est un choix à ne pas éluder.

Si pour vous, la fibre environnementale est primordiale et que vous vous souciez de l’empreinte carbone résultant de l’usage des systèmes d’information, alors optez pour Ecosia. Le premier moteur de recherche qui vous permet de planter –indirectement– des arbres et de faire fonctionner ses serveurs avec des énergies renouvelables. Ce sont les publicités liées aux requêtes qui permettent à Ecosia d’alimenter son modèle écoresponsable.

En matière de souveraineté informationnelle, et ce alors que le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) est entré en vigueur le 25 mai 2018, mentionnons l’effort d’un moteur de recherche français basé à Paris: Qwant. Désireux de fournir une offre confidentielle et panoramique (chaque recherche donne lieu à une approche multimédia), le service se veut convivial et non-discriminant dans ses résultats. Seul hic: sa récente obligation de nouer avec Microsoft Azure un partenariat seul capable d’assurer le traitement informationnel par l’appoint de batteries de serveurs.Enfin, dans le registre des moteurs de recherche très localisés, que ce soit sur poste fixe ou mobile, citons Naver, une application sud-coréenne très prisée au pays du Matin calme, Yandex Search en position dominante en Russie. Une façon de rappeler qu’il existe des solutions locales nécessitant cependant de connaître l’idiome d’utilisation du service.

Une fois encore, se croire prisonnier d’un moteur de recherche en particulier, en dépit de ses qualités intrinsèques, est une illusion qui ne doit sa pérennité qu’à la paresse, au confort des habitudes et au conditionnement médiatique. Répétons-le, penser différent, ce n’est pas penser futilement, mais pertinemment.

Etiquette: ;