Le Parlement géorgien a confirmé ce dimanche la nomination du ministre de l’Intérieur, Guiorgui Gakharia, un responsable qualifié par l’opposition «d’homme de Moscou», au poste de premier ministre, alimentant une situation politique déjà tendue dans ce pays du Caucase.

Sa nomination a été approuvée par les 98 députés présents du parti au pouvoir Rêve géorgien, les députés de l’opposition ayant boycotté le vote en quittant les lieux. M. Gakharia, qui est accusé par l’opposition d’être «l’homme de Moscou en Géorgie», s’est retrouvé au cœur d’un mouvement de protestation en juin, des dizaines de milliers de manifestants exigeant sa démission après la violente dispersion d’un rassemblement devant le parlement. La police anti-émeutes avait tiré sur la foule avec des balles en caoutchouc, faisant plusieurs dizaines de blessés, dont une jeune femme qui a perdu un oeil.

Guiorgui Gakharia, 44 ans, a rejeté ces accusations ce dimanche lors de son discours devant les députés, assurant que «la plus importante composante de notre sécurité et l’orientation prooccidentale du pays et l’intégration européenne et euro-atlantique». La candidature de M. Gakharia a été proposée par le très influent milliardaire Bidzina Ivanichvili, le chef du parti Rêve géorgien, que beaucoup accusent de tirer les ficelles de la politique nationale. Elle fait suite à la démission du premier ministre, Mamouka Bakhtadzé.

Etiquette: ;