Les députés britanniques votent ce lundi pour ou contre la tenue d’élections anticipées, afin de sortir de la crise politique qui ébranle le pays.

Les députés britanniques décident ce lundi 9 septembre s’ils veulent ou non des élections anticipées, souhaitées par le premier ministre Boris Johnson pour sortir de la crise politique, et mettre en oeuvre sa stratégie très critiquée sur le Brexit.

Le chef du gouvernement n’a plus de majorité au Parlement après la défection d’un député tory pour le Parti libéral démocrate et l’exclusion du Parti conservateur de 21 députés modérés ayant voté avec l’opposition une proposition de loi destinée à éviter une sortie sans accord de l’Union européenne. En outre, son propre frère, Jo Johnson, a claqué jeudi la porte du gouvernement invoquant l’«intérêt national», suivi samedi par la ministre du Travail Amber Rudd, au terme d’une semaine catastrophique pour Boris Johnson. Des élections pourraient le relancer.

Selon un sondage YouGov paru dans le Sunday Times, le Parti conservateur arriverait en tête, avec 35% des voix, 14 points de plus que le Labour. D’autres sondages récents montrent un écart plus resserré entre les deux partis, avec le Parti conservateur en tête. Pour organiser ces élections, Boris Johnson a besoin d’une majorité des deux tiers au Parlement. Or, l’opposition n’est pas favorable à ces élections dans l’immédiat, préférant s’assurer d’abord qu’un «no deal» est exclu.

Etiquette: ; ;