« Il n’y aura pas de caveaux en béton. Les personnes pourront se faire inhumer dans des cercueils en carton ou en bois non verni venant de forêts franciliennes ou françaises. »

Pénélope Komitès, la maire adjointe de Paris en charge des espaces verts et des affaires funéraires, présente ce nouvel espace funéraire installé au sein du cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Val de Marne).

C’est une première en Île-de-France. Un lieu de recueillement et d’inhumation de 1 560m² qui respecte l’environnement. Aucun monument ne sera construit à sa surface, histoire d’emmener son engagement écologique avec soi dans la tombe : « Les personnes doivent signer une charte, explique Pénélope Komitès à France Bleu, indiquant qu’elles ne suivront pas de soins de thanatopraxie. Elles ne peuvent pas mettre de pierre tombale sur la sépulture non plus. » Les habits du défunt doivent également être respectueux de la planète.

Pour la famille il y a un certain nombre de dépenses évitées : pas de pierre tombale, pas de caveau.Sylvain Ecole, chef de service des cimetières de la ville de Paris

À la place des pierres tombales et caveaux, la ville de Paris fournira des stèles en bois pour inscrire le nom des défunts. Cette inhumation écolo a aussi l’avantage d’être moins chère. Sylvain Ecole, chef de service des cimetières de la ville de Paris : « L’emplacement coûte 20% moins cher qu’un emplacement classique. Ce sera avantageux pour les familles. »

Au total, 157 concessions sont disponibles dans la 44e division du cimetière parisien d’Ivry, un des cimetières parisiens extra-muros. Les premières inhumations auront lieu à l’automne. D’autres lieux du même genre devraient être créés d’ici 2021. À Thiais, Pantin ou encore Bagneux. Pour l’instant, en France, seule la ville de Niort propose des inhumations de ce type.

Etiquette: ; ;