Le 49e policier depuis le mois de janvier a mis fin à ses jours au Havre. Une manifestation policière est quant à elle prévue pour le 2 octobre à Paris afin de sensibiliser les autorités sur ces drames et sur des conditions de travail difficiles.

Un policier du Havre (Seine-Maritime) âgé de 46 ans s’est donné la mort le 10 septembre pour des raisons encore inconnues. L’homme était motard au sein de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Seine-Maritime, précisent différents médias.

Le policier était en arrêt de travail depuis son retour de mission au G7 de Biarritz, relate Le Figaro. C’est son épouse qui l’a retrouvé sans vie.

La Direction départementale de la sécurité publique de Seine-Maritime a publié un message de condoléances sur sa page Twitter.

Les suicides dans la police se multiplient

49 fonctionnaires de police ont mis fin à leurs jours depuis le début de l’année, selon un décompte non officiel. Depuis le 1er janvier, 12 gendarmes et 17 pompiers se sont également suicidés, d’après la place Beauvau citée par lci.fr. 35 policiers et 33 gendarmes avaient mis fin à leurs jours en 2018.Le ministère de l’Intérieur a récemment mis en place un nouveau numéro de téléphone joignable 24h/24, 7 jours sur 7, et dédié aux policiers qui ont besoin d’une écoute ou d’un soutien psychologique.

Une manifestation prévue le 2 octobre

Les syndicats de policiers souhaitent organiser le 2 octobre prochain à Paris une «marche nationale de la colère» pour attirer l’attention des autorités sur «la qualité de vie au travail» ainsi que l’exaspération qui gagne les forces de l’ordre. Ils appellent « tous les corps de policiers » à manifester. «Unis dans la lutte contre le suicide et les agressions», les fonctionnaires demandent notamment «une loi de programmation ambitieuse pour un service public de qualité». 

Etiquette: ; ; ;