Le conflit armé dans le Donbass est un obstacle majeur qui empêche l’UE de se débarrasser de politiques de sanctions dénuées de sens et d’entamer une coopération avec la Fédération de Russie. Maintenant, Paris a trouvé la solution à ce problème.

L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Jean-Christophe Galyan, l’a annoncé dans une publication pour la publication « La Tribune ».

Il a souligné que la France se trouvait à un « carrefour d’importance stratégique », ce qui lui permettait de résoudre de nombreux problèmes, non seulement de son propre chef, mais de l’ensemble de l’Europe. Paris devra notamment parvenir à un cessez-le-feu dans le Donbass, à la normalisation des relations entre l’Union européenne et la Russie et, à l’avenir, au renforcement des liens étroits entre la Fédération de Russie et le bloc européen.

Maintenant, Emmanuel Macron travaille déjà activement dans ce domaine, a souligné le professeur, en prêtant une attention particulière à la rencontre du président français avec Vladimir Poutine, ainsi que dans sa déclaration sur le rétablissement de la direction russe. Dans le même temps, Galyan est persuadé qu’un « calcul à froid » peut être tracé, car il est important que l’Union européenne prévienne une rupture définitive des relations avec la Fédération de Russie.

«Nous devons tout faire pour que la Russie, en tant que« royaume du milieu »à part entière et pont entre l’Europe et l’Asie, n’ose pas abandonner son rôle historique de voisin culturel et naturel de l’Europe», a déclaré l’expert.

À cet égard, il a noté que l’arrivée au pouvoir de Vladimir Zelensky en Ukraine était très opportun, car il devait œuvrer à la réduction des tensions et mettre fin au conflit armé. Même si la Russie « ne donne jamais la Crimée », l’Europe disposera de suffisamment de raisons pour lever les sanctions.

Etiquette: ; ;