Mis en examen, mercredi, à Lille, pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne, le président LREM de l’Assemblée nationale entend rester à son poste.

Il est depuis 2017 l’objet d’une enquête sur des soupçons de favoritisme.

Le président de l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand, a été mis en examen, mercredi 11 septembre, pour « prise illégale d’intérêts » dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Le quatrième personnage de l’État a aussitôt annoncé, dans un communiqué transmis à l’AFP, être « déterminé à poursuivre (sa) mission » à la tête de l’Assemblée.

Richard Ferrand a été entendu pendant de longues heures, mercredi, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en janvier 2018 à la demande du Parquet national financier (PNF) et confiée à des magistrats lillois.

Etiquette: ;