Le ministère tchèque des Affaires étrangères a convoqué vendredi l’ambassadeur de Russie, suite à des commentaires jugés «insultants» de responsables russes après l’annonce d’un démantèlement d’une statue d’un maréchal soviétique à Prague.

En août, les autorités municipales ont recouvert d’une bâche la statue du général soviétique Ivan Stepanovich Konev, dans le 6e arrondissement de la capitale tchèque, provoquant une vive réaction de Moscou. Le ministre russe de la Culture Vladimir Medinsky a traité alors Andrej Kolar, maire du 6e arrondissement, de «Gauleiter», du nom de la charge d’un dirigeant régional du parti nazi allemand pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alors que Konev est considéré comme un héros en Russie, de nombreux Tchèques le voient comme un personnage symbolisant l’oppression de l’ère soviétique. Il dirigea les troupes de l’Armée rouge qui libérèrent Prague des nazis en 1945, mais il fut également responsable d’avoir réprimé le soulèvement anti-soviétique hongrois de 1956. Konev, décédé en 1973, a également joué un rôle dans la répression menée par le gouvernement soviétique en 1968 contre le Printemps de Prague.

Le vice-ministre tchèque des Affaires étrangères, Ales Chmelar, «a convoqué l’ambassadeur de la Fédération de Russie, Alexandre Zmeevski, pour protester contre les déclarations mensongères et insultantes d’un ministre russe à l’encontre du maire de l’arrondissement de Prague», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le monument controversé est souvent vandalisé.

Le 21 août, jour anniversaire de l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968, quelqu’un avait inscrit «Non au maréchal couvert de sang, n’oublions pas» sur cette statue érigée par le régime communiste de 1980. La mairie a ensuite enveloppé la statue d’une bâche, mais des sympathisants pro-Konev l’ont déchirée et organisé un manifestation pour le maintien de la statue à sa place. Plusieurs parlementaires ayant des sympathies russes, ainsi que Jiri Ovcacek, porte-parole du président tchèque pro-russe et pro-chinois Milos Zeman ont assisté à ce rassemblement. Les autorités de Prague ont décidé jeudi de remplacer la statue de Konev par un mémorial de la libération de Prague pendant la Seconde Guerre mondiale. La fille de Konev a déclaré aux médias tchèques que sa statue pourrait être déplacée en Russie.

Etiquette: ; ;