Cet été, la principauté d’Andorre s’est appropriée une partie des terres françaises, selon le maire d’un village français frontalier. Et pour pallier cette perte, de 24 hectares, l’édile projette d’en parler à Emmanuel Macron, co-prince andorran, rapporte Europe 1.

Pendant que le maire du village français de Porta, Marius Hugon, était en vacances cet été, sa commune a perdu un bout de territoire, a-t-il annoncé au micro d’Europe 1. Le responsable français estime que c’est la principauté d’Andorre qui a grignoté 24 hectares à la France en installant sur son territoire des bornes frontières.

Ainsi, la source de l’Ariège se trouve désormais en Andorre, alors que le lac de Font-Nègre, endroit prisé des administrés français amateurs de pêche, est coupé en deux.

«Si je lance un bon coup [mon hameçon], je vais arriver au milieu du lac, donc en Andorre, et je risque un procès-verbal. J’en veux à l’État français qui ne nous a pas soutenus, ni défendu la frontière telle qu’elle était autrefois», a-t-il déclaré.

Marius Hugon a confié avoir «mal au cœur» et «presque les larmes aux yeux» à chaque fois qu’il se rend sur le terrain perdu pour se balader. Il envisage d’ailleurs de s’adresser à Emmanuel Macron, co-prince de la principauté, qui s’y rend ce vendredi 13 septembre, pour que la France récupère le terrain grignoté par l’Andorre.

L’incident a également suscité l’indignation d’autres habitants de la commune française en question, dont un certain Henri:

«C’est une honte de voir qu’on nous vole le territoire! Ce n’est pas possible!» s’est-il insurgé.

Etiquette: ; ; ;