Affirmant que les Américains ne l’«arrêteront pas», Téhéran a signé un contrat de 440 millions de dollars visant à mettre en valeur un gisement gazier situé dans le golfe Persique.

L’Iran a signé un contrat à hauteur de 440 millions de dollars en vue d’exploiter un champ gazier situé dans le golfe Persique, a annoncé samedi la télévision d’État.

«Les Américains ne nous arrêteront pas», a déclaré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Zanganeh, lors de la cérémonie de signature, dans une allocution diffusée à la télévision d’État.

«Ce contrat et d’autres contrats montrent que nous continuons à être productifs même sous les sanctions américaines», a-t-il déclaré.

Selon l’accord signé avec une filiale de la National Iranian Oil Company (NIOC), la compagnie locale Petropars doit produire 500 millions de pieds cubes de gaz par jour, a annoncé la télévision. Belal, un champ partagé avec le Qatar, chevauche la frontière maritime entre l’Iran et l’émirat dans le Golfe.

Sanctions américaines

En mai 2018, les États-Unis se sont retirés de l’accord international conclu à Vienne visant à empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire et ont réintroduit de lourdes sanctions qui pèsent sur l’économie iranienne.Téhéran a répliqué en s’affranchissant progressivement de certains engagements de l’accord.

L’Iran tente depuis de pousser les Européens, qui veulent préserver le pacte, à prendre des mesures pour passer outre les sanctions américaines, notamment afin de pouvoir exporter son pétrole.

Etiquette: ; ; ; ;