Le commandant de l’armée de l’air iranienne a lancé un avertissement aux États-Unis rappelant que certaines bases américaines sont à la portée de ses missiles. Ces propos interviennent suite aux accusations américaines à l’encontre de Téhéran après une attaque contre des raffineries saoudiennes.

Deux bases militaires américaines et un porte-avions au Proche-Orient sont à la portée des missiles iraniens, a annoncé Amir Ali Hajizadeh, commandant en chef de la branche aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique. Ces déclarations interviennent alors que les États-Unis ont accusé l’Iran d’être responsable des attaques sur des usines pétrolières saoudiennes, revendiquées par les Houthis. Des accusations rejetées par Téhéran.

L’agence Tasnim, qui cite le commandant, évoque notamment la base aérienne Al Udeid au Qatar, la base aérienne Al Dhafra aux Émirats arabes unis et un navire de guerre américain en mer d’Oman.«Nous aurions frappé ces cibles si les États-Unis avaient manifesté une réaction», a ajouté le général avant de poursuivre: «Nous nous sommes constamment préparés à une guerre à part entière».

Attaques de drones

Des drones des Houthis yéménites ont visé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco dans les provinces saoudiennes d’Abkaïk et Khouraïs, à un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée depuis cinq ans par les Houthis.Selon le ministre de l’Énergie, le prince Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par l’agence officielle SPA, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l’interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

Les États-Unis ont imputé les attaques à l’Iran, ce que la République islamique a nié, dénonçant des accusations «insensées».

Etiquette: ; ;