Près de la moitié de tous les migrants de la planète ne vivent que dans dix pays. Parmi eux, 51 millions de personnes sont aux États-Unis.

Depuis 2010, le nombre de migrants dans le monde a augmenté de 51 millions, atteignant les 272 millions, dont plus de la moitié vivent dans seulement 10 pays. De telles données figurent dans le rapport de l’ONU, présenté la veille au siège de cette organisation à New York, a fait savoir Ukrinform mercredi 18 septembre.

« Le nombre de migrants internationaux dans le monde a atteint un chiffre estimé à 272 millions de personnes en 2019, soit 51 millions de plus que le niveau de 2010 », selon le rapport.

Les experts des Nations Unies rapportent que les migrants représentent désormais 3,5% de la population mondiale (à titre de comparaison, en 2000, 2,8%).

L’organisation ne donne pas d’estimation des chiffres, mais note qu’avec une migration et une mobilité des personnes ordonnées, sûres et prévisibles, un tel mouvement peut avoir des résultats positifs, en particulier contribuer au développement économique et à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.

« L’Europe occupe le leadership sur les aspirations des migrants (82 millions de personnes), suivie par l’Amérique du Nord (59 millions) et l’Asie occidentale (49 millions) », selon le rapport.

Près de la moitié de tous les migrants de la planète ne vivent que dans dix pays. 51 millions aux États-Unis (19% du total), 13 millions en Allemagne et en Arabie saoudite, 12 millions en Russie, 10 millions au Royaume-Uni, 9 millions aux EAU et 8 millions en France et au Canada. et en Australie, 6 millions en Italie.

Un tiers des migrants internationaux viennent également de 10 pays.

« L’Inde est en tête: 18 millions d’Indiens vivent à l’étranger. Les migrants du Mexique constituent la deuxième diaspora en importance – 12 millions. Les immigrants de Chine – 11 millions, la Fédération de Russie – 10 millions, en Syrie – 8 millions », a rapporté l’ONU.

Le rapport note également que la réinstallation involontaire continue de se développer dans le monde à la suite de guerres et d’autres circonstances similaires. De 2010 à 2017, le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile a augmenté de 13 millions, soit un quart des migrants supplémentaires pendant cette période. L’Afrique du Nord et l’Asie occidentale ont accueilli environ 46% des réfugiés.

Un migrant sur sept dans le monde a moins de 20 ans. Trois personnes sur quatre sont en âge de travailler (20 à 64 ans).

Pour clarifier une question, les orateurs ont souligné que les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays ne sont pas incluses dans ces chiffres, ces données se rapportant exclusivement aux migrations internationales.

Voir aussi : La probabilité d’un «dur» Brexit est revenue avec une peur panique à l’autre bout de l’Europe

Le rapport sur les migrations internationales est créé par des spécialistes des Nations Unies à partir de recensements de pays, de registres de population et d’enquêtes représentatives au niveau national. Ses données sont réparties par âge, sexe et origine et couvrent 232 pays et territoires au 1er juillet de chaque année de l’étude. Les rapports précédents ont été publiés en 1990, 1995, 2000, 2005, 2010 et 2015.

Plus tôt, l’ONU avait déclaré qu’en 2018, le nombre de réfugiés dans le monde avait augmenté de 2,3 millions et dépassé les 70 millions de personnes, ce qui était un nouveau record. Le nombre de réfugiés a augmenté en Ethiopie, où plus de 1,5 million de personnes sont devenues des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, ainsi qu’en Syrie et au Venezuela.

Assurez-vous de vous abonner à nos chaînes pour toujours être au courant des nouvelles les plus intéressantes de News-Front :

                  

Groupe Ami FaceBook du mois :  ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ; ;